Skip to main content

Zoom sur le programme Cash+Care

By 19 septembre 2019juin 7th, 2021No Comments
L'enjeu : Briser les tabous autour de la santé sexuelle des jeunes femmes et adolescentes

La santé sexuelle chez les adolescents, particulièrement les jeunes femmes, fait encore face à de nombreux défis en Afrique du Sud. En 2017, sur 270 000 nouvelles infections à VIH, environ 77 000 ont concerné des adolescentes et des jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans. L’accès à une éducation sexuelle doit être une composante essentielle du système de santé spécifiquement envers les jeunes femmes et adolescentes.

L'innovation : Une incitation financière pour promouvoir l'utilisation des services de santé

Le programme Cash+Care, soutenu par le Fonds mondial en Afrique du Sud, et notamment à Johannesburg, étudie l’efficacité d’une incitation financière pour promouvoir l’utilisation des services de santé auprès des adolescentes et jeunes femmes en situation de vulnérabilité.

Composé de 12 sessions auprès de 20 jeunes femmes âgées de 19 à 24 ans, le programme vise à leur fournir un environnement chaleureux, informel et exhaustif autour des défis de santé qui touchent leur quotidien, tout en leur donnant les clés pour faciliter la transition vers l’âge adulte. Pour une réelle appropriation, le programme des sessions a été élaboré avec l’aide des acteurs locaux et mené par une facilitatrice issue de la communauté. 

« Comment t’assures-tu de rester en bonne santé lorsque tu es enceinte ? » ; « Comment réagirais-tu si tu apprenais que tu étais séropositive ? » ; « Comment protèges-tu ton enfant du VIH ? »

Autant de questions posées par la facilitatrice, auxquelles les jeunes femmes réfléchissent par groupes puis exposent et discutent auprès de l’ensemble du groupe.

A chaque session, les participantes reçoivent 360R, l’équivalent de 22€ qu’elles pourront dépenser comme elles le souhaitent. Une incitation financière pour les responsabiliser et les accompagner pour être en mesure de prendre leur propre décision

A ce jour, 9 800 jeunes femmes ont pris part au programme, et plus de 1 700 sont allées au bout des 12 sessions. Et plus de 5 000 personnes supplémentaires formées entre le mois de juin et mi-septembre.

Partenaires :