Skip to main content

Coup d’oeil sur le projet ATLAS

By 19 septembre 2019juin 9th, 2021No Comments
L'enjeu : Réduire la prévalence de l’infection du VIH non diagnostiquée

En Afrique de l’Ouest, seulement 48 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut. Pour atteindre la cible de l’ONUSIDA soit 90 % des personnes séropositives connaissant leur statut d’ici 2020, l’autodépistage se place comme une solution novatrice pour atteindre cet objectif mondial.

L'innovation : Déploiement de l’autodépistage du VIH

La stigmatisation et la discrimination des personnes séropositives représentent des freins majeurs dans le dépistage du VIH et se concentre sur certains groupes clés population tels les travailleurs du sexe ou encore les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.

Le projet ATLAS (Autotest, libre d’accéder à la connaissance de son statut VIH), financé par UNITAID, se place comme une innovation majeure pour atteindre les communautés n’ayant pas accès aux services de dépistage existants.

L’autotest est un dispositif oral de détection qui consiste à passer une spatule sur les gencives pour un dépistage simple et rapide, chacun devenant acteur de sa santé. Lancé en janvier 2019 au Sénégal, au Mali et en Côte d’Ivoire, les autotests permettent aux personnes les plus exposées d’accéder à leur statut sérologique en toute discrétion pour ensuite être orientées vers les services de soins ou de prévention adaptés. 

Le projet ATLAS, d’une durée de 3 ans et demi, permettra la distribution de 500 000 kits d’autotest de dépistage du VIH pour ensuite assurer la mise à l’échelle.

Partenaire :