Skip to main content

Communiqué – Recommandations de la société civile au G7

En vue du sommet des Chef.fe.s d’Etat et de gouvernement du G7 qui se tiendra en juin 2021, la société civile internationale s’est rassemblée du 19 au 20 avril à l’occasion du sommet de la société civile (C7). Nous partageons aujourd’hui les positions et priorités politiques de la société civile internationale afin d’assurer que ce sommet permette un réel changement en faveur d’une société plus ouverte et plus juste.

Dans le cadre de la réponse internationale à la pandémie de Covid-19 , nos organisations demandent aux Etats membres du G7 de : 

  • Accroître le financement du Dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la Covid-19, fixé à 38,1 milliards de dollars, pour contribuer à combler le déficit de financement des 22,9 milliards de dollars encore nécessaires pour 2021. Pour ce qui est de Covax, 6,3 milliards de dollars ont été garantis, mais il manque encore 2 milliards de dollars pour cette année.
  • Commencer à partager l’excédent de vaccins grâce à Covax, afin que les personnels de santé et les personnes vulnérables où qu’ils se trouvent puissent être vaccinés en priorité, et augmenter progressivement le partage de doses au fil de 2021, afin que lorsque les pays auront assez de doses pour l’intégralité de leur population, les pays du G7 auront fait don de toutes les doses excédentaires. 
  • S’engager à mettre fin aux inégalités vis-à-vis des vaccins contre la Covid-19 en n’entravant pas la dérogation à l’accord ADPIC afin que les pays en développement puissent produire leurs propres vaccins. 
  • Collaborer avec les gouvernements nationaux, l’Organisation mondiale de la santé et les autres agences multilatérales pour s’assurer que 60 % de la population dans tous les pays ait accès aux vaccins d’ici fin 2021.

Concernant les enjeux de santé mondiale plus globaux, nos organisations demandent aux Etats membres du G7 de : 

  • Mettre en œuvre l’engagement d’affecter au moins 0,1 % du revenu national brut (RNB) à l’aide publique au développement (APD) en faveur de la santé, et aider les pays à mobiliser équitablement des ressources nationales durables pour qu’au moins 5 % du PIB soit consacré aux systèmes de santé universels, y compris en luttant contre la corruption dans le secteur de la santé.
  • Soutenir une démarche de type « une seule santé » pour la prévention et la détection précoce des futures pandémies, et pour l’amélioration globale de la santé et du bien-être pour tous et tous les âges. 
  • Affecter prioritairement l’APD des pays du G7 au renforcement des systèmes de santé.